Coeur de Lune

Plan :

(Au passé simple, Point de vue Omniscient)
(Inspiré de Outlast 2)


prologue
Ils sont douze. Réunis dans la cave du Parleur. Leurs paroles s'échappent à peine des parois, seuls de lointains murmurent traversent la forêt qui entoure la vieille bâtisse. L'Arbre leur sert de ligne, le Parleur de guide. Les douze ont compris l'Arbre, ils savent que celui-ci ignore la mort. L'héritage du Culte de Mère Nature va s'éveiller, comme ce que les notes laissées par les anciens membres le narrent.

Ainsi, le Parleur prend la parole, sa voix est plate :
"Mes amis, mes frères, ma famille… Je suis si honoré de prendre part à l'éveille de notre Déesse. Depuis des générations, nous gardons cette divinité à l'intérieur de nos murs pour la protéger de l'avarice de l'Homme. Imaginez un seul instant Mère Nature entre les mains des infidèles, ceux qui ont rejeté celle qui leur a donné la vie. Les membres s'agitent à ces paroles. Que pensez-vous qu'ils feraient d'Elle ? Ils l'exploiteraient ? Utiliseraient-ils Son bois pour en faire des meubles ? Non. Ils La garderaient pour eux, loin de tout verdure, certainement dans un coffre géant en béton. Négligeant ainsi Sa conscience divine. NOUS devons passer à l'action, libérer Sa volonté avant l'arrivée des avares, car croyez qu'ils sont nombreux et puissants. Chaque membre hocha la tête dans un mouvement impeccablement synchronisé.

I mettre au passé simple
Il est caché parmi eux, analysant chaque geste, posture, diction des personnes l'entourant. Il est doué pour cela, c'est un Medio, un éclaireur. Il s'occupe de repéré un élu, car la forêt manque de prédateurs, en effet, celle-ci est envahie par les sangliers et l'équilibre doit être établi.

Alors le Medio cherche une personne ayant un caractère anti-grégaire. Il s'est dit qu'un établissement scolaire serait parfait pour chercher des élus. Et il a raison, ces endroits sont une mosaïque de personnalités.

Il s'est dirigé vers le lycée le proche, comportant plus de 1200 élèves. Il trouverait forcément ici. Ainsi, il se fond dans la masse s'agrégeant devant le portail de l'établissement. Personne ne le remarque puisqu'il est comme tout le monde, du moins, il les imite. Une tenue de ville classique, chaussure type basket, casquette sur la tête, marquant le pas d'une démarche de confiance. Son jeune âge efface tout suspicions à son égard. Il s'enfonce, jusqu'à entrer dans la cour. Il n'y pas grand monde si ce n'est que quelques étudiants qui rejoignent la masse à l'extérieur. Ceux-ci ne l'intéressent pas, il ne veut pas de moutons, au contraire. Il continue son chemin pour accéder au hall. Il souhaite accéder aux couloirs, voir s’il n'y a pas de lycéen isolé. C'est ce type de caractère qu'il recherche. En effet, la plupart des prédateurs sont plutôt solitaires, alors le Medio base toutes ces chances sur ce raisonnement.

Il entre dans le hall et cherche du regard l'accès aux couloirs. Sa traversée est bloquée par la masse venue dans la confluence. Il est à contre courant, tel un saumon remontant une cascade. "C'est bon signe, ils doivent tous sortir de cours" se dit-il. Ainsi, il continue son chemin.

Sa traversée le mène dans un bâtiment à trois étages. Le flux humain étant passé, il peut désormais se permettre de chercher sans gêne. Il y a quasiment personne ici si ce n'est que deux groupes d'étudiants. L'un composé d'environ 8 à 9 personnes tout au plus et l'autre de seulement 4. Il mise tout sur sa théorie : un prédateur a plus de chance de ne pas être grégaire. Il choisit le groupe minoritaire. Il s'appuie sur un mur à côté d'eux ni trop loin, ni trop près. Il fait mine de regarder son téléphone pour rester discret. Il jette des coups d'œil à chacun des lycéens. Les quatre étudiants ont l'air soudés, ils rigolent de tout et de rien se fichant de leur indiscrétion à l'égard de l'autre groupe situé non loin d'eux. Le Medio les aime bien, mais il ne peut en prendre qu'un. Il était si concentré sur le groupe d'ami qu'il ne remarque même pas que les couloirs se gorgent petit à petit de monde. Une sonnerie retentit soudainement et, c'est comme si la foule entière se faisait absorber par les salles de cours. Le groupe de 4 disparut avec elle. Ce n'est pas si grave, il attendra la fin devant la porte.

II
Retourne chez lui en bus mais fait le reste du trajet à pied car sa maison est loin de l'arrêt de bus.
Enfin, le groupe sortit, toujours souriant comme si ces derniers était resté dans les couloirs à bavasser. Ceux-ci se dirigèrent vers des escaliers à l'arrière du bâtiment pour sortir plus vite en évitant les bouchons au hall. C'était typiquement le genre de caractère que recherchait le Medio. Ainsi, en moins d'une minute, ils étaient déjà à l'extérieur. Après quelques rires, les groupes se sépara : deux restèrent ensemble pour rejoindre l'arrêt de bus, et les deux restants se séparèrent à nouveau pour emprunter respectivement un trajet différent. Il fallait choisir vite. L'un avait des lunettes, une veste en cuir noir avec des patchs rappelant l'aviation collés à son sac, l'autre avait un style plutôt normal mais avait une tête de geek. Il suivit celui avec les patchs, il se dit que c'était un jeune avec plein de rêves et d'ambitions dans la tête, un caractère parfait pour le rôle que le culte allait lui confier.

dire que le Medio va l'étudier un moment (lui parler, voir ses réseaux, ces loisirs, son comportement)

III
En rentrant, un soir > sentiment d'être observé puis la secte l'immobilise avec une (fléchette tranquillisante).

IV
Se réveille debout mais attaché par les poignées. Il est seul dans une cellule semblant être localisée dans un sous-sol. Il remarque que la porte de la cellule est faite en bois. Panique et se pose des questions.

V
Ne sait plus combien de temps il est enfermé, peut-être deux jours.La secte arrive lui met des menottes et un sac sur la tête.

VI
La secte lui enlève le sac, il se trouve désormais devant un arbre vert fluorescent. La secte chante en chœur, crie des mots étranges. Il ne pleure pas tellement il est effrayé.

VII
Un membre de la secte à l'apparence atypique approche avec un couteau puis l'enfonce dans l'abdomen ce qui laisse une petite plaie pour laisser le sang couler.

VIII
Perd connaissance (accent sur le calme/sérénité). Se réveille brutalement et transformé en loup. La secte chante toujours sur le même ton qu'avant la perte de connaissance puis elle le détache.

IX
La secte le remet dans la même cellule. Décrit sa transformation. Réalise l'état pitoyable des chaînes. Réussit à briser un maillon et prend compte de son nouveau pouvoir. Défonce la porte en bois.

X
S'enfuit en courant et essaie d'être discret en dépit des chaînes toujours accrochées à ses poignées qui font un bruit monstre. Passe par le porte faisant le lien entre le sous-sol et la maison. Casse un fenêtre et part dans la forêt.

XI
Court tout droit et trouve un village. Les habitants crient au loup-garou. Le sujet court à la recherche d'aide et se fait aider par la police. Il reste dans une cellule de dégrisement en attendant. Après une longue attente, 3 agents de la Fonda' arrivent.(À développer en profondeur)

XII
On découvre l'interview.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License